PUBLICATION – MONOGRAPH – ÉDITIONS DILECTA

Éditions Dilecta,

Galerie Mathias Coullaud, , Galerie Zink & Christophe Langlitz Art are pleased to invite you to the book signing of:

GREGORY FORSTNER

Thursday 8 June 2017
6:30 – 9pm

Éditions Dilecta
49 rue Notre-Dame de Nazareth
75003 Paris – France
Tél. : + 33 (0)1 43 40 28 10
contact@editions-dilecta.com
www.editions-dilecta.com

*

We are pleased to invite you to the book signing by Gregory Forstner for the release of his monograph published by DILECTA edition, with Galerie Mathias Coullaud, Galerie Michael Zink and Christophe Langlitz Art.

*

This 224 pages hard cover book includes an introduction by Gilles Fuchs, an essay by Henry-Claude Cousseau and a conversation between Caroline Hancock and Gregory Forstner.
On the occasion of the book presentation, Edition Dilecta will present a selection of original works by Gregory Forstner.

*

« In Forstner’s work, there is an obvious autobiographical dimension he invites us to explore. It could well be that painting was basically for him the best means of casting a spell on the novelistic tendency of his life, from considering it not as one more adventure, but as an opportune occasion to explain it, to comment on its singularity in his own way. »
Excerpt,  text by Henry-Claude Cousseau

« Your subjects take the form of fables, parodies, parables, and personal
myths; implicitly, we sense the presence of Jean de La Fontaine, William Hogarth,
Art Spiegelman and J.rg Immendorff. Ever-present and based on archetypes and
stereotypes, popular culture is combined with “great painting” and history in such
a way that you manage to turn it into a personal matter. It is impossible not to make
the connection with the contemporaneity of the social, political and cultural realities
of our societies.»
Excerpt, introduction by Gilles Fuchs

« Spiegelman thus gives rise to a guilty empathy in the reader. In my work, this empathy was crystallised around the dog. The advantage of the dog-mask isthat it offers an infinite range of races, faces, and hence possibilities for identification and, as Spiegelman put it, for “cornering the spectator with their own corrupted and defective humanity” »
Excerpt, conversation between Gregory Forstner and Caroline Hancock

*

Cover/Back cover Gregory Forstner

Les Éditions Dilecta,

la galerie Mathias Coullaud, la galerie Zink et Christophe Langlitz Art ont le plaisir de vous convier à une rencontre-dédicace avec

GREGORY FORSTNER

pour la publication de sa monographie.

jeudi 8 juin 2017

18h30 – 21h

*

À travers 224 pages présentant des documents inédits, un texte introducteur de Gilles Fuchs, un essai d’Henry-Claude Cousseau et un entretien entre Caroline Hancock et Gregory Forstner, cette monographie parcourt plus de quinze années de travail de l’artiste entre la France, l’Allemagne et les États-Unis.

*

« Il y a dans le travail de Forstner une dimension autobiographique évidente et sur laquelle il nous invite d’ailleurs à nous pencher. Et il se peut bien que la peinture ait été finalement pour lui le meilleur moyen de faire un sort à la tournure romanesque de sa vie, de la considérer non comme une aventure de plus mais comme une occasion opportune d’en expliciter, d’en commenter pour lui-même, la singularité. »
Extrait du texte d’Henry-Claude Cousseau

« Vos sujets sont abordés sous forme de fables, de parodies, de paraboles, de mythes personnels ; en filigrane, se dressent Jean de La Fontaine, William Hogarth, Art Spiegelman, Jörg Immendorff. Toujours présente à partir d’archétypes et de stéréotypes,
la culture populaire se mêle de telle façon à la  » grande peinture  » et à l’histoire que vous parvenez à en faire une question intime. Impossible de ne pas faire le lien avec la contemporanéité des réalités sociales, politiques et culturelles de nos sociétés. »
Extrait du texte de Gilles Fuchs

« Spiegelman induit ainsi une empathie coupable du lecteur. Dans mon travail, cette empathie s’est cristallisée sur le chien. L’avantage du masque-chien, c’est qu’il offre une panoplie infinie de races, de gueules, et donc de possibilités d’identification et, comme le dit si justement Spiegelman, de coincer le spectateur avec sa propre humanité corrompue et défectueuse. »
Extrait de l’entretien entre Gregory Forstner et Caroline Hancock

//

Gregory Forstner/Monograph-Dilecta

Gregory Forstner/Monograph-Dilecta

Gregory Forstner/Monograph-Dilecta

Gregory Forstner/Monograph-Dilecta

Gregory Forstner/Monograph-Dilecta

Gregory Forstner/Monograph-Dilecta

Gregory Forstner/Monograph-Dilecta

Gregory Forstner/Monograph-Dilecta

GREGORY FORSTNER/MONOGRAPH

GREGORY FORSTNER/MONOGRAPH

Gregory Forstner - Monograph - éditions DILECTA

Gregory Forstner – Monograph – éditions DILECTA

GREGORY FORSTNER/MONOGRAPH

GREGORY FORSTNER/MONOGRAPH

« IN ART WE TRUST » with Lauwrence Weiner, Liam Gillick, Valerie Jouve, Gregory Forstner, Julie Mehretu, John Armleder, Laurent Grasso, Mathieu Mercier, Olivier Masmonteil, among others (full cast on announcement)

In Art We Trust

In the studio with photographer Olga Povarchuk

 

g-forstnerg-forstner

Courtesy Olga Povarchuk

 

A few drawings – 2016 – Pastorale

All: 2016, 60,9×45,7 cm / 98 grams, Charcoal on paper – Courtesy Galerie Zink and the artist.

courtesy Gregory Forstner/Galerie Zink

courtesy Gregory Forstner/Galerie Zink courtesy Gregory Forstner/Galerie Zink courtesy Gregory Forstner/Galerie Zink courtesy Gregory Forstner/Galerie Zink courtesy Gregory Forstner/Galerie Zink courtesy Gregory Forstner/Galerie Zink

Opening « Pastorale », Filsers Mainburg, Germany

opening-mainburg-filsers

opening-mainburg-filsers

gregory-forstner-and-michael-zink

gregory-forstner-and-michael-zink

opening-mainburg-filsers

opening-mainburg-filsers

img_6849

gregory-forstner-and-michael-zink

Michael Zink and Gregory Forstner

img_1066 img_7242

 

Publication: « L’Infini » chez Littérature mineure

 

« Tu es nue, propre, la marque du maillot chopée au bord de l’océan est discrètement visible, comme la marque du temps. Le lieu ressemble à un hôtel particulier : un parquet somptueux, des boiseries jusqu’au plafond, une moquette rouge épaisse dans les couloirs. Sur le lit, les draps sont lisses, immaculés, sans histoires. On se regarde, je t’embrasse. À l’origine du monde, tu es trempée. Tu demandes la salle d’eau. Le lieu m’est familier comme ta nuque. »

(Extrait)

Gregory Forstner- Littérature mineure

Gregory Forstner- Littérature mineure

img_1321 img_1323

Littérature mineure website/order on : http://litteraturemineure.bigcartel.com/product/l-i-n-f-i-n-i

 

Pastorale – solo show – Filsers Mainburg – Germany

Opening // Saturday 29, 4 Pm // AM SAMSTAG, 29. OKTOBER 2016, AB 16:00 UHR

http://www.filsers.com

«They could all have names and nicknames. They go out in the fields, nature provides what’s good for them : fresh air, animals to hunt and flowers to smell. They make very few friends but when they do so, it is only with the weaker ones. They are happy.»
Gregory Forstner (September 2016)

Gregory Forstner -Pastorale, 2016, Oil on linen, 162x130 cm

Gregory Forstner -Pastorale, 2016, Oil on linen, 162×130 cm

Using humor as a catalyser of role plays and targetting an ocean of ambivalent sensations from pleasure, naivety, vacuity to melancholy, Gregory Forstner’s new body of work presented at FILSERS in Mainburg titled « Pastorale » places itself directly in the continuity of « Four Legs Good, Two Legs Better » (solo show at FIAC OFFICIELLE 2015, Galerie Zink), « Le Déjeuner sur l’Herbe » (solo show at Galerie Mathias Coullaud, Paris) and « Animal Farm – Beastly Muses and Metaphors » presented at Sotheby’s London (curated by Susanne Van Hagen, also featuring Adrian Ghenie, Lucian Freud, Sigmar Polke, Germaine Richier etc.).

Gregory Forstners work holds an outstanding position in today’s wide field of contemporary art. With reference to German and Austrian Expressionism together with his understanding of American Pop culture, his work has the power to polarize attention durably.

Gregory Forstner is supported by a number of institutions, foundations and private collectors internationally.

Works in Museum Collections and Foundations // Werke in Museen und Stiftungen:

Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris
Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain de Nice
Musée de Grenoble
Fonds National d’Art Contemporain (FNAC)
FRAC Alsace
FRAC Basse-Normandie
FRAC Haute-Normandie
Collection SACEM
Sammlung Goetz, Munich
Richard Massey Foundation, New York, USA
TIA Collection, USA
Collection Claudine et Jean-Marc Salomon, Annecy
Foundation Bernard Massini, Nice

 

Sotheby’s S2 Gallery, London: Animal Farm: Beastly Muses and Metaphors

with :  Mark Dion | Martin Eder | Max Ernst | Gregory Forstner | Lucian Freud | Adrien Ghenie | Sayre Gomez | Rafael Gomezbarros | Georges-Lucien Guyot | David Hockney | Rachel Howard | Zhang Huan | Allison Katz | Oleg Kulik | Friedrich Kunath | François-Xavier Lalanne | Sherrie Levine | Joan Miró | Polly MoArgan | MarkusOehlen | Pablo Picasso | Sigmar Polke | François Pompon | Robert Rauschenberg | Germaine Richier | Moussa Sarr | Kenny Scharf | Raqib Shaw |Gavin Turk | William Wegman |Dean Adams | Marie-Laure André Novak | David Breuer-Weil | Lynn Chadwick | Oliver Clegg | Jean-MarieFiori

Animal Farm: Beastly Muses and Metaphors is an exhibition that explores the multifaceted relationship between man and animal. From the beginning of recorded human history animals have been imbedded in man’s psyche, represented in literature, music, religion and astrology. Through artistic expression in particular, animals often serve as metaphors for our own intrinsic human characteristics. With such a primordial connection, it is unsurprising that some of the greatest artists of modern times have used animals as their muses, often, returning time and time again to the same creatures, in an almost compulsive study. As is the case with many of the artists in Animal Farm: Beastly Muses and Metaphors, the animals of their attention ultimately act as metaphors for their deeper artistic explorations: mortality, memory, identity, religion and the human body.

Sotheby’s website:

http://www.sothebys.com/fr/auctions/2016/animal-farm-beastly-muses-metaphors-ls1603.html

 

Sigmar Polke

image001

 

Gregory Forstner

G.Forstner-Le Complot, 2008, 250x200cm

 

Adrien Ghenie

7811ECBB-CC6D-435B-BC33-FD220DD13266

 

William Wegman

2733A294-8D6C-45E9-81C1-5C2FB23E0D4C

Stephanie Pioda : « La Peinture decomplexee de Gregory Forstner »

http://www.artistikrezo.com/art/portraits/la-peinture-decomplexee-de-gregory-forstner.html

Gregory Forstner. Le Déjeuner sur l’Herbe

Avec cette exposition au titre porteur de références, Le Déjeuner sur l’herbe, Gregory Forstner rejoint la galerie Mathias Coullaud dans le marais. Artiste atypique dans le paysage de l’art contemporain, il propose une peinture qui lui ressemble : généreux, esthète, jouisseur de l’art et de la vie.

2.Le Déjeuner sur l'Herbe, 4, 2015, 250x200 cm

Le Déjeuner sur l’Herbe, 4, 2015, 250×200 cm

La peinture de Gregory Forstner est de celles qui déclenchent des réactions tranchées : on adhère ou on rejette. Mais partisans comme détracteurs ne peuvent que s’accorder sur la force de cette peinture décomplexée et incandescente, à la puissance masculine et flirtant avec le loufoque.

Peut-être est-ce la force des grands peintres qui ont plongé leur pinceau dans l’histoire de l’art pour s’arrêter sur certains « monuments » – Le Greco, Vélasquez, Manet, l’expressionnisme allemand, le Pop Art –, mais qui ont réussi à dépasser cet héritage pour nous emporter dans un univers à part.

De l’histoire de l’art, Gregory Forstner a également subtilisé la tradition du portrait, de la mise en scène, de l’allégorie, à sa manière.

Un vocabulaire symbolique énigmatique

1.Le Déjeuner sur l'Herbe, 3, 2015, 250x200 cm

Le Déjeuner sur l’Herbe, 3, 2015, 250×200 cm

En effet l’étrange domine ces morceaux de portraits cinématographiques parfois dérangeants pour lesquels les interrogations se bousculent.

Qui se cache derrière ce bulldog adipeux et répugnant dégustant une dinde de Thanksgiving ? À quoi pense cet autre chien au regard nostalgique en train de fumer ? Est-il allongé sur un manteau d’hermine ? De quoi peuvent bien discuter ce bulldog, cet homme noir et cet autre à tête de mort souriant, tenant un verre de vin et un poisson mort ?

Tout une symbolique se met en place autour d’un vocabulaire énigmatique où se percutent les références détournées à la vanité, au pouvoir, aux dieux antiques, à la chrétienté, tout comme à la vie quotidienne.

On y lit l’ironie et le cynisme que pose le peintre sur la condition humaine, sur ce théâtre des apparences et ce jeu des illusions sociales, mais avec une bienveillance malgré tout. Tous portent un masque qui ne demande qu’à tomber, incarnent une posture, endossent un rôle.

26.Thanksgiving, 2015, 195x162 cm, oil on linen,coll privé

Thanksgiving, 2015, 195×162 cm, oil on linen, collection privé

L’ambivalence et la contradiction en jeu

C’est que Gregory Forstner jongle avec l’ambivalence à chaque coup de pinceau. « J’ai compris très tôt qu’il y avait une vérité dans les contradictions, ce qu’on retrouve dans le rire. Comme le disait Baudelaire, le rire est le résultat de deux sentiments contraires, on montre les dents pour garder la distance, mais les larmes ne sont jamais très loin. Ma raison d’art se résume à la possibilité d’éprouver à chaque fois la sensation d’être vivant. Ensuite, l’iconographie est un moyen, un outil pour accéder à une sensation, et souvent, elle est contradictoire ou complémentaire : on est vivant car on va mourir !

Dans le livre que je viens de publier L’odeur de la viande, je parle de mon premier souvenir d’enfant, j’ai 2 ans et demi et je suis en Afrique. Je suis à l’arrière d’une voiture, et vois un coucher de soleil sur un champ de bananes. Je regarde vers l’ouest. J’appelle cela l’origine de la mélancolie car je comprends que cette beauté existe seulement parce que le soleil va se coucher, comme un jour je serai mort.»

IMG_0887Vue d’ensemble – Galerie Mathias Coullaud, Paris

Une peinture outrancière et généreuse

Dès lors qu’on se libère du rapport au sujet figuré, on plonge dans la sensation de cette peinture outrancière et généreuse étalée dans un mouvement vif et impulsif, où le geste est le maître d’œuvre.

Gregory n’a plus le contrôle et se laisse porter. Une énergie tourbillonne et sculpte la matière tout en la mélangeant.

Tout cela n’est que prétexte pour accéder à un plaisir charnel car Gregory est un esthète jouisseur de l’art et de la vie. Amateur de la beauté et des plaisirs.

 

4.The Fisherman, 2015, 250x200 cm

The Fisherman, 2015, 250×200 cm

Un « Africain blanc » européen

Sa chance, c’est sa culture à plusieurs facettes, de par ses origines et son histoire : né en Afrique de père autrichien et d’un mère française née à Alger, il a vécu aux États-Unis à l’âge de 15 ans et y est retourné il y a sept ans.

« C’est très amusant car en Allemagne, on dit que j’ai une peinture américaine, en France, que j’ai une peinture allemande, aux États-Unis, une peinture européenne. En vérité tout le monde a raison car je suis le résultat de tout ça.»

 

Stéphanie Pioda

 

Du 11 mars au 14 mai 2016 / Ouvert du mardi au samedi, 13h-19h

Galerie Mathias Coullaud

12, rue de Picardie

75003 Paris

M° Filles du Calvaire

 

 

 

Librairie Mazarine – Signature de « l’odeur de la viande », 17 mars 2016

Librairie Mazarine-Gregory Forstner Gregory Forstner-Librairie Mazarine, ParisG.Forstner-l'odeur de la viande-extrait-2 G.Forstner-l'odeur de la viande-extrait1 G.Forstner-l'odeur de la viande-extrait-3