On Going Back to Amorgos for « The Authentic Big Blue »

(English and french translation following here after the original article in greek)

August 29, 2017

by Εύη Φιαμέγκου

Direct link to article:

http://tvxs.gr/news/politismos/o-gregory-forstner-toy-aperantoy-galazioy-epistrefei-stin-amorgo&dr=tvxsmrstvxs

 

Forstner/Article

08:06 | 29 Αυγ. 2017
Facebook Twitter
Εύη Φιαμέγκου

article G.Forstner

 

 

Capture d’écran 2017-08-30 à 18.46.40

 

235382g-2010-10-14-nyc-gregory-forstner-courtesy_pascal_bejean-1

 

Capture d’écran 2017-08-30 à 18.47.09

Capture d’écran 2017-08-30 à 18.48.45

 

Capture d’écran 2017-08-30 à 18.49.47

 

Capture d’écran 2017-08-30 à 18.50.02

 

Capture d’écran 2017-08-30 à 18.50.25

 

 

 

Capture d’écran 2017-08-30 à 18.50.44

Capture d’écran 2017-08-30 à 18.50.59

 

 

Capture d’écran 2017-08-30 à 18.51.18

 

Capture d’écran 2017-08-30 à 18.51.30

 

 

 

Capture d’écran 2017-08-30 à 18.52.07

Capture d’écran 2017-08-30 à 18.52.21

 

Capture d’écran 2017-08-30 à 18.52.32

 

 

 

Capture d’écran 2017-08-30 à 18.52.54

Study for a Diver 5, 2009, huile sur lin,61X50 cm, courtesy galerie galerie Zink, photo Bill Orcutt

 

English translation

(Traduction en français après l’anglais)

 

« A DIVE IN THE PAST »

31 years ago a shy French boy is ready to dive to catch a coin in the port of Amorgos when a two years older tough Italian with myopic glasses, bass voice and bossy look dives in his place and with one breath he earns the coin, the challenge, the admiration, the winner, as said, takes it all.

The story of the film takes place in 1968 – a significiant year with important facts and overturns all around the world, May ’68 among them.

20 years after the tough boy returns with the deeper voice of Jean Reno, ready for another challenge : to compete for the world title in free diving against his old friend.

This is life and cinema history as the real two divers were -with some changes- the heros of The Big Blue.

Enzo Maiorca in life- Molinari as a child in the film of Luc Besson- was played at the age of 11 by Gregory Forstner.

 

The return to the innocence

Half Austrian half French, well known artist, who also writes and as an amateur dives, a citizen of the world who only feels at home by the sea, Gregory Forstner returns to the place and the years of innocence in Amorgos on the occasion of first international tournament of free diving which will take place 18-24 of September 2017 in Amorgos where was filmed the Big Blue.

It is said that water has memory. Gregory Forstner admits feeling happy only by the sea but not only to remember. A dive in the past. In the dephts of the sea, but even more in memory… With us he talks about life experience, projects and some ghosts.

 

By Evi Fiamengou

 

E.F: Flash back 30 years ago, you are 11, what are your memories ?

G.F: I was a kid, I couldn’t realize the luck I had, but nevertheless I enjoyed and remember everything of my trip and experience to Amorgos, also the Island of Ios, and of course my encounter with Luc Besson, Jacques Mayol, Jean Reno together with all the cast.

Luc Besson was very kind, he was 28 years old at the time, it’s amazing when you think of it, he knew what he wanted, had the courage of his emotions, of his esthetics. He made it very easy for me to do what I had to do, I felt very comfortable with him, he was playful, accessible and professional in the same time.

I wrote a bit about my experience in “L’Odeur de la Viande” published 2 years ago (“The Smell of Meat”). Amorgos was a very simple, raw (in a good way!) Island – so it felt – and outside the main tourism. I don’t remember real Hotel as such. Most of my time, we were waiting for the right weather to be able to shoot. That’s the first thing I learned as an actor: most of the time, you have to kill time! And killing time for me wasn’t a problem in such an environment. I rented a small motorbike, and I remember riding it all over the island, up and down, again and again, all day long, with complete freedom while being really unconscious too, no helmet on my head, in shorts, etc. The landscape was in front of me, under me, everywhere, I felt like riding the moon.

 

E.F: What took you so long to return to Amorgos?

G.F: I guess I needed a real purpose. I was born in Cameroon, and never went back yet either. For places that really counts, especially when it comes to childhood, I guess we need some extra reason to get back. It just had to make sense so that it is not just anecdotical. When reality catches up with the past, it has also to bring something new/different in order for us to relate to it with today otherwise we are left to compare it to our memory (which is always failing). It has to be in the frame of a new experience.

 

E.F: “It is better down there, it is a better place…”said the hero Jacques Mayol in the film, what place is down there in your eyes?

G.F: My father taught me to dive at a very young age. One of the most intimate connections that I’ve had with him occurred underwater, without words, with basic, succinct gestures, in a world that is not natural for human beings but that, if you adopt it, becomes a second skin, a singular, private universe, which you share with very few people. I’m not sure I feel better down there, but I do feel at peace, better connected somehow to the outside world.

Although I’m not a free diver as such, not in a competitive way, as a teenager I scuba dived and did some spearfishing, but I never trained for it, it never even occurred to me. Of course I was happy to go down as deep as I could, but I never changed my life or make everything possible to make it a goal. I still swim, especially in open water, I love long distance swimming, solitary. I cannot swim with a bunch of people or in a race, I need to be alone, or max with one person – although I never found anybody to share that experience.

 

E.F: The depth is the unknown, the loneliness, the quiet, fear…

Is fear an attractive feeling?

G.F: Anyone who is dealing with fear will tell you the same: it’s a necessary feeling to be good at whatever you’re doing. When I start a painting, I’m afraid I won’t do well, but in the same time, I’m very confident with my capacities to do well. I need to find the right balance between being cautions and bold. Fear just helps you to acknowledge both your limitations and the power of your body and mind. Free divers have to deal with these feelings.

 

E.F: How would you paint being in the deep blue?

G.F: Not sure! Although It’s what I do everyday, it’s very hard to put a sensation in image. It took me a long time to paint and draw landscapes as I never had any problem dealing with nature. I started painting figures because I guess I had to deal with myself and others in society, but alone in nature I always felt at peace and when I started to draw and paint I never felt the urge to represent it. Painting and art comes from the sensation of being alive but to be complete, the artist needs to produce things, it’s like a compensation, most of all it’s a necessity. Let’s say I think of what it feels like to be underwater, I will probably not paint a diver underwater, it just doesn’t make sense. The sensation might just come from a color, an open or closed door, it doesn’t really matter, you can paint death by painting the sun.

 

E.F: I read form a critic:

“Gregory Forstner paints like he writes, like he swims, like he loves,, like he lives : completely, without any compromise.” Is it correct? Because if so you must be very lucky..

G.F: Easy to write for a critic, not so easy to do! Luck has not much to do with it, at least regarding every day life, it’s mainly work, choices we make, etc. I try to live the life I chose. Of course I feel very lucky that I had a good starting point, food on the table and caring parents. We don’t all start with the same chances in life – in that aspect, yes I feel very lucky.

 

E.F: Do you know why you didn’t continue as an actor?

G.F : I did a few commercials for TV, went to a few castings, but when I was a kid and a teenager I wasn’t really fascinated by being an actor. I was happy swimming, diving and drawing. I didn’t feel the « need » to be an actor but I did feel the need to draw, paint, swim, run, etc. The desire came back some years after, but then I was too engaged as an artist, I was just too focused on painting. It’s all about necessity. I may be open to acting again, let’s see…

 

E.F: Your life is like a ballad on the planet, where do you feel home?

G.F: My mother was born in Algeria, raised in Casablanca. My father was born in Austria and built his life in London, Africa, and I was born in Cameroon, etc. We just “landed” in Nice and stayed there a while.

Before moving to the USA, in a naïve way, I felt a citizen of the world. After moving to New York, I did feel European. But to tell you the truth, it’s a bit a cliché, though it has some truth: after a while when you leave outside your so called “home country », you don’t belong really anywhere, anymore – but I do feel at home where ever I’m near the water.

 

E.F: You once said:

«I’m not particularly interested in Nazi legacy. Basically, it interests me like anyone else, not much more. For a German or Austrian grandson of today, there’s nothing exceptional to have a Nazi grandfather, uncle, and so on, in the family…I’m the third generation dealing with those issues. I never felt the so-called guilt like the generation of my father.»

No pride no guilt?

G.F: I wrote a text titled « Mon Héros” (“My Hero”/My Hero ») and it is about my Nazi Grand Father… I cannot sum it up here, you need to read it to understand the content and the irony and truth that’s in it. But I will tell you something that not everyone may like to read but I will try to explain a bit anyway, I hope it explains at least the title “Mon Héros”: I once asked one of my Austrian cousin who’s just a bit older then me if she knew a bit more about our grand father (I really don’t know much). She answered that she did make some research and found out that he was not such an important SS, Nazi, but just a regular Nazi, nothing special, just a regular officer of the “Totenkopf”. She told me that it gave her this strange feeling of disappointment, knowing he was not someone “special” or important in the SS. As a matter of fact, I felt like her, it’s a strange feeling, hard to explain. Somehow, the only relationship that a son or a grand son is looking for towards his parents, grand parents, is pride, maybe even more as a boy – I don’t know. The only possibility is pride and look for the hero within anything that is left there. And love has nothing to do with good or bad. As a kid, my grand mother always told me I looked even more like my grand father then my father. She used to say it and be proud of me when saying it by showing me the photos – I looked and thought he looked good, so I became proud too. At that time of course I had no idea of the war, what it meant to be on the good or bad side of life and death and society and politics. Basically I was proud of an abstraction.

 

E.F: Do you believe in blood bonds?

G.F: I believe that you do inherit genetics. But my grand father being a Nazi has nothing to do with genetics! It’s about context and education and what ever choices are left in front of you – not that these facts exclude any guilt or responsibility. To know the truth and work on it helps us to build ourselves, but it doesn’t make you a monster or a wonderful person because your ancestors were monsters or wonderful persons. The context is as much important, even more maybe then genetics, it’s just that life actually “happens” and you do what you think best with the frame that is given to you and the possibilities that you give yourself.

 

E.F: How do we deal with ghosts from the past?

G.F: Well, I cannot speak for others. If I take the example of my father who carries the same name as his father: he left Austria at a young age and reinvented himself in Africa. He never talked to me in german, I guess that’s a way of dealing with this specific issue with me: to not give his own mother tongue to his son – it speaks for itself, no need to be a psychiatrist.

 

E.F: Do you believe that art in general has a therapeutic importance?

G.F: To look at it this way may be a bit too literal. Of course, any kind of expression helps you deal with stuff, but only because you make something out of it, it doesn’t kill the ghosts, but you just live with them. They become part of you and you move on.

E.F: How would you describe the sensation of being down there to someone that has never lived that experience?

G.F:I feel very humble when I think of Enzo Maiorca and Jacques Mayol – whom I met at 11 years old, as well as the great sportsmen and women, competitive free divers out there and that I will meet in Amorgos. But to my own extent and possibilities, I do understand their sensation. A writer doesn’t have to live all the adventures of the characters in his novels to understand them, to love them. We all have different reasons to go « down deep ». It’s all in one’s head.

 

E.F: Your next project?

G.F: A monograph of my work covering 15 to 20 years of my work as an artist just came out. We already did the release in Paris and Nice last month. So New York is next, then Berlin. At the moment I’m preparing solo and group shows and Art Fairs with my galleries.

I also have a project to go back to Africa, but it’s very recent and I’m still figuring out how and when.

And I have this dream to buy a house by the sea, so I’m working on that too, that’s a life long project…

And I write when I don’t paint and I swim. I very much hope to swim and go spearfishing a little while being in Amorgos!

 

Gregory Forstner said (excerpts):

«My work, generally speaking, is about absurdity. I’m painting because I don’t understand what I’m doing on Earth. When I was a child I had an image of God laughing while looking at us from above. Long after that early sensation, I found in the laughter of Democritus the same feeling of absurdity regarding human activity. With my “Nazi Dogs”, people might get stuck to the war thing and not go further, but that’s the game, there are always different ways to look at things.»

 

About “The Ship of Fools”

« The Ship of Fools – Father and Son going fishing » is probably one of the most important painting I did, conceptually anyway. Originally « The ship of fools » is a book from the 15th century by Sebastian Brandt, an allegory illustrated by Dürer and then Bosch that shows a ship bound to the paradise of fools, floating on a sea of wine…

My painting explain itself on its own: My father and I offshore on that boat ready to sink at any moment, both of us wearing the German helmet. We have dog faces, he’s older and is in charge, he wears a watch, and I have a harpoon on my shoulder, lost in my own thoughts.

 

 “The Departure” and “The Waiting Room”:

“The Depatrure” and “Waiting Room” series are part also of a very important body of work: “The Departure” shows soldiers with dog heads/masks taking care or threatening another character, possibly a diver. It can be seen as the traditional Oedipus between father and son. It was also inspired by some engraving of the 15th century.

 

Monograph:

His last book is published by éditions DILECTA in Paris.

 

Biography:

Gregory Forstner is a visual artist born in 1975 in Douala, Cameroon from a French mother and an Austrian father.

Often with an offbeat vision and playing with contradictions within the same image, Gregory Forstner builds strong metaphors and allegories that have the power to polarize attention durably.

Since 2008, he works between the USA, Germany and France.

As a teenager Gregory Forstner discovers that his grandfather on his father’s side had been a nazi and a SS and his grandmother chief of a factory mobilized in the war effort. In L’odeur de la viande, Gregory Forstner writes : « The German helmet – this peculiar ornarment, further from its immidiate reference, has become in my work the hallmak’s heritage of men’s madness and his responsibility for legacy.

After studying fine arts, he traveled, won art prizes and distinctions, and has shown his work in galleries around the world. He has been living in NYC the last ten years and still travels between Europe and the US for his exhibitions. His work is collected by private collectors and museums across the world.

Gregory Forstner itv TVXS 29 août 2017

 

 

UNE PLONGÉE DANS LE PASSÉ

 

Il y a 31 ans (pour le film on est en 1968) un garçon timide de France s’apprête à plonger pour attraper une pièce dans le port d’Aegiali à Amorgos, lorsqu’un Italien de grande taille avec des lunettes de myope, une voix de basse et le regard autoritaire, plonge à sa place et dans un souffle gagne la pièce et l’admiration de tous. 20 ans plus tard (1988 sur le grand écran) le garçon revient avec la voix plus grave de Jean Reno et une nouvelle provocation pour décrocher le titre du champion mondial de plongée libre face à son ami d’enfance.

Les deux plongeurs réels sont devenus, avec quelques changements,  les deux héros du « Grand bleu » de Luc Besson , et le personnage d’Enzo Maiorca enfant, Molinari dans le film,  a été incarné par Gregory Forstner, alors âgé de 11 ans.

 

RETOUR VERS L’INNOCENCE

 

Moitié autrichien et français, artiste plasticien, il a également écrit un livre,  citoyen du monde qui considère la mer comme étant « sa maison », Forstner revient sur les lieux et les temps de l’innocence, à l’occasion du 1er tournoi international de plongée libre à Amorgos du 18 au 24 septembre, l’île ou il a tourné Le Grand Bleu.

On dit que l’eau a une mémoire. Gregory Forstner avoue ne se sentir bien que près de l’eau mais pas forcément pour se souvenir. Un plongeon dans le passé. Dans les profondeurs de l’eau, mais encore plus de la mémoire…. Il nous parle d’expériences de vie, de projets et de quelques fantômes.

 

E.F : Retournons 30 ans en arrière, vous avez 11 ans, de quoi vous souvenez vous ?

G.F : J’étais un enfant, je ne pouvais totalement comprendre ma chance, mais je me suis bien amusé et je me souviens tout de ce voyage et de cette expérience à Amorgos et Ios notamment de ma rencontre avec Luc Besson, Jean Reno, de toute l’équipe. Besson était très gentil, à 28 ans il savait ce qu’il voulait, il avait le courage de ses émotions. Il m’a facilité ce que je devais faire, je me suis senti très à l’aise avec lui, il était agréable, accessible et en même temps professionnel.

J’ai écrit sur cette expérience dans mon livre « L’odeur de la viande » publié il y a 2 ans. Je ma rappelle d’Amorgos comme d’une île très simple, brute (dans le bon sens du terme), loin du tourisme. Le plus souvent nous attendions le temps propice pour tourner. C’est la première chose que j’ai appris en tant qu’acteur : la plupart du temps il faut tuer le temps. Et tuer le temps n’était pas un problème dans ce contexte. J’avais loué un Dax et je me souviens de mes virées dans toute l’île, toute la journée en liberté absolue, totalement inconscient, sans casque et en short. Le paysage était devant moi, sous moi, partout, j’avais l’impression de me promener en vélo sur la lune.

 

E.F :Pourquoi avoir tant tardé à y revenir ?

G.F : J’imagine que j’avais besoin d’une véritable raison. Je suis né au Cameroun et n’y suis jamais retourné. Pour les lieux qui comptent vraiment, surtout ceux liés à l’enfance, je suppose qu’il faut une motivation supplémentaire pour y retourner. Il fallait que cela fasse sens, que cela ne soit pas simplement anecdotique. Quand la réalité rencontre le passé il faut que cela apporte quelque chose de nouveau, de différent, qui le lie au présent, sinon on est amené à comparer aux souvenirs, ce qui est forcément compromis. Le cadre d’une nouvelle expérience est indispensable pour que ce ne soit pas décevant.

 

E.F :Là bas, au fond, le monde est meilleur, disait Jacques Mayol dans le film. Comment est le fond à vos yeux ?

G.F :Mon père m’a appris à plonger très jeune. L’un des contacts des plus fort que j’ai eu avec lui, a eu lieu sous l’eau, sans paroles, avec des gestes simples et brefs, dans un monde qui n’est pas naturel pour l’être humain, mais qui, en s’adaptant devient une seconde peau, un environnement unique, privé, qu’on partage avec très peu de personnes. Adolescent je faisais de la plongée sous marine et de la chasse en apnée mais ça ne m’a jamais traversé l’esprit de faire des entrainements. Bien sûr j’étais heureux de descendre le plus profondément possible, mais je n’ai pas changé de vie, je n’ai jamais rien fait pour que cela devienne un but dans la vie. Je nage toujours, surtout en pleine mer, j’aime la nage longues distances, seul. Je ne peux plus nager avec d’autres ou en compétition, je veux être seul, tout au plus avec une seule autre personne – bien que je n’ai jamais trouvé quelqu’un avec qui partager cette passion.

 

E.F :Le fond c’est l’inconnu, la solitude, le calme, la peur…la peur, est-ce un sentiment séduisant ?

G.F : Quiconque se confronte à la peur vous dira la même chose : c’est un sentiment indispensable pour être bon dans tout ce qu’on fait. Lorsque je commence un tableau, j’ai peur qu’il ne soit pas bon, mais en même temps j’ai une grande confiance en mes capacités. Je dois trouver le juste équilibre entre la prudence et oser. La peur aide à connaître simultanément ses limites et la force de son corps et de son esprit. Les apnéistes doivent affronter ces sensations.

 

E.F :Comment peindriez vous le fond ?

G.F :Je ne suis pas sûr. C’est très difficile de mettre une émotion en image. Ça m’a pris du temps pour peindre et dessiner des paysages, car je n’ai jamais eu de problème à affronter la nature, la nature ne m’interroge pas de la même manière que la figure. J’ai commencé à peindre la figure car j’imagine que je devais faire face moi-même et aux autres en société, mais seul dans la nature je me suis toujours senti bien, en paix, et donc lorsque j’ai commencé à peindre je n’ai pas éprouvé le besoin de la représenter. Si je pense à ce qu’est la sensation d’être sous l’eau, il est probable que je ne vais pas peindre un plongeur, ça n’a pas de sens. La sensation peut provenir d’une couleur, d’une porte ouverte ou fermée,  vraiment ça n’a pas d’importance, on peut peindre la mort en peignant le soleil.

 

E.F :Je lis à propos de vous « …Il peint comme il écrit, comme il nage, comme il aime, comme il vit, sans concessions… ». Si c’est le cas, vous avez de la chance…

G.F :Plus facile à écrire qu’à faire. Ça n’a pas grand chose à voir avec la chance, c’est surtout du travail, les choix qu’on fait, etc. J’essaie de vivre la vie que j’ai choisi. Bien sûr je me sens chanceux d’avoir eu un bon départ dans la vie, avoir à manger à table et des parents attentifs. Nous ne débutons pas tous avec les mêmes atouts dans la vie, de ce point de vue je me sens très chanceux.

 

E.F :Savez-vous pourquoi vous n’avez continué le métier d’acteur, le cinéma ?

G.F :J’ai fais quelques publicités pour la télé, des castings, mais enfant et adolescent je n’étais pas spécialement séduit par l’idée de devenir acteur. J’étais heureux de nager, plonger et peindre. Le désir est venu plus tard mais j’étais alors déjà très concentré, absorbé par l’art. Tout est question de nécessité. J’y reviendrais si la situation se présente, on verra…

 

E.F :Votre vie est comme une promenade sur la planète. Où vous sentez vous chez vous ?

G.F :Ma mère est née en Algérie, a grandi à Casablanca. Mon père est né en Autriche, a vécu à Londres, en Afrique, moi je suis né au Cameroun, nous nous sommes retrouvés à Nice où nous sommes restés un temps. Avant de m’installer aux USA, d’une manière naïve je me sentais citoyen du monde. Quand j’ai déménagé à New York, je me suis senti européen. C’est un peu cliché mais il y a du vrai : quand tu quittes ton pays d’origine assez longtemps, tu n’appartiens plus vraiment à nulle part. Mais je me sens « chez moi » n’importe où tant que je suis près de l’eau…

E.F :Vous avez fait cet aveu par le passé « l’héritage nazi ne m’intéresse pas spécialement. Il m’intéresse comme n’importe quel autre, pas plus… Pour un petit-fils allemand ou autrichien de mon époque cela n’a rien de particulier d’avoir un grand père ou oncle nazi dans la famille. Je suis la troisième génération à être confrontée à ces sujets. Je n’ai jamais ressenti cette culpabilité de la génération de mon père. »

 

Ni fierté, ni culpabilité, c’est à dire de la distanciation ?

G.F :J’ai écris un texte intitulé « Mon héros » à propos de mon grand-père nazi. Il faut le lire pour en comprendre l’ironie et la vérité. Mais je vais vous dire quelque chose que tout le monde ne voudrait pas lire, mais je vais essayer de vous l’expliquer, j’espère en tout cas que ça explique le titre. Un jour j’ai demandé à une cousine autrichienne un peu plus agé si elle savait quelque chose de plus sur notre grand-père (je ne sais pas grand chose), elle m’a répondu qu’elle avait en effet fait des recherches et découvert qu’il n’était pas un nazi des SS si important, rien de remarquable, il aurait été un simple officier SS des « Totenkopf ». Elle m’a dit avoir ressenti (et cela sans culpabilité) quelque déception à apprendre qu’il n’était pas quelqu’un d’important dans les SS. La vérité est que j’ai ressenti la même chose. C’est un sentiment étrange, difficile à expliquer. D’une certaine façon le seul sentiment qu’un enfant ou petit-fils recherche chez parents ou grands parents est la fierté, encore peut-être plus pour les garçons, je ne sais pas. L’amour n’a rien avoir avec le Bien et le Mal. On peut aimer un monstre, c’est comme ça. Quand j’étais petit, ma grand-mère me disait que je ressemblais davantage à mon grand-père qu’à mon père. Elle était fière de moi en me montrant les photos de mon grand-père-je pensais qu’ il avait de l’allure, alors j’étais fier. A cette époque, je n’avais aucune idée de la guerre, de ce que ça veut dire d’être du bon ou du mauvais côté de la vie, de la mort, de la société, de la politique. En vérité j’étais fier d’une abstraction.

 

E.F :Croyez vous aux liens du sang ?

G.F :Je crois que nous héritons de gènes. Mais le fait que mon grand-père soit nazi, n’a rien à voir avec les gènes. Cela dépend du contexte général de l’éducation et des choix qui se présentent, et naturellement cela n’exclue ni la culpabilité ni la responsabilité. Connaître la vérité et la travailler aide à se comprendre soi-même mais ne fait pas de toi un monstre ou une personne formidable parce que tes ancêtres étaient ceci ou cela. Le contexte est peut-être encore plus significatif que les gènes. La vie se présente et on essaie de faire au mieux avec ce cadre qui est donné et les possibilités qui en découlent.

 

E.F :Comment fait-on face aux fantômes du passé ?

G.F :Je ne peux pas parler pour les autres. Si je prends l’exemple de mon père qui porte le même nom que mon grand père, il a abandonné l’Autriche à un jeune âge pour se réinventer en Afrique. Il ne m’a jamais parlé en allemand, je suppose que c’est un moyen de faire face à ce sujet avec moi : ne pas donner sa langue maternelle à son propre fils est assez explicite, pas besoin d’être psy pour comprendre.

 

E.F :On dit que l’Art a une fonction de thérapie, vous êtes d’accord ?

G.F :Je pense que c’est un peu littéral et naïf. Bien sûr, chaque type d’expression nous aide à faire face à des préoccupations, mais simplement parce qu’on en fait quelque chose ne tue pas les fantômes. Ils deviennent une partie de soi et on avance.

 

E.F : Comment décririez vous la sensation d’être au fond à quelqu’un qui n’en a pas fait l’expérience ?

G.F :Je ne suis pas un véritable plongeur, je suis très humble en pensant à Enzo Maiorca et Jacques Mayol que j’ai connu à 11 ans, comme à tous les autres grands athlètes apnéistes que je vais rencontrer à Amorgos. Mais à ma mesure et mes capacités je comprends la sensation. Un écrivain n’a pas besoin de vivre toutes les aventures des personnages de ses livres pour les comprendre et les aimer. Chacun de nous a une raison différente pour aller en bas, au fond. Tout se passe dans la tête.

 

E.F :Quels sont vos prochains projets ?

G.F :En Octobre prochain, je présenterai à New York ma nouvelle monographie qui couvre 15-20 ans de travail. Nous avons déjà fait la présentation à Paris et à Nice le mois dernier, suit New York puis Berlin. En ce moment je prépare une exposition personnelle et des foires. Je projette aussi de retourner en Afrique mais je ne sais pas encore quand ni comment. Quand je ne peins pas j’écris et bien sûr je nage. J’espère nager et faire de la pêche sous-marine à Amorgos. Et je rêve d’acheter une maison au bord de mer/ au bord de l’Océan – j’y travaille, cela prendra du temps, c’est le projet d’une vie !

 

Gregory Forstner a dit (extraits de citations):

« Mon travail, en général, concerne l’absurde. Je peins car je ne comprends pas ce que je fais sur Terre. Enfant j’avais l’image d’un Dieu riant en nous regardant d’en haut. Des années après j’ai retrouvé dans le rire de Démocrite la même relation à l’absurdité. A propos de mon travail avec « les chiens casqués », il est possible que les gens s’arrêtent sur le sujet de la guerre, l’Allemagne, etc sans chercher plus loin, mais c’est le jeu, il existe toujours différentes façons d’aborder l’expérience.

 

Au sujet de :

«The Ship of Fools – Father and Son going fishing»

« La Nef des Fous est un livre du 15e siècle de Sebastian Brandt, une allégorie illustrée par Dürer puis par Bosch qui montre un bateau naviguant vers le paradis des fous, flottant sur une mer de vin.

Mon tableau s’explique de lui-même : mon père et moi sommes au large, le bateau est prêt à sombrer d’une minute à l’autre, nous portons tous les deux des casques allemands. Nous avons des visages de chiens, lui est plus vieux et garde le contrôle, il porte une montre, moi j’ai un harpon sur l’épaule et je suis perdu dans mes pensées. »

«The Departure» – The waiting room»

« La série montre des soldats à tête de chiens occupés ou menaçant quelqu’un, probablement un plongeur. On peut le voir comme le traditionnel Œdipe entre père et fils. C’était également inspiré de gravures du 15 e siècle. »

 

Μonographie

Son dernier livre est publié par les éditions Dilecta

 

Biographie

 

Né à Douala, Cameroun, en 1975, de mère française et de père autrichien. Choisi par Luc Besson à l’âge de 11 ans pour jouer le rôle de Enzo Molinari dans « Le Grand bleu », incarné à l’âge adulte par Jean Reno.

A l’adolescence il découvre que son grand-père était un nazi dans les SS, un sujet qu’il a traité dans son livre « L’odeur de la viande » publié en 2015. « le casque allemand – cet ornement singulier, au-delà de sa référence la plus immédiate, deviendra dans mon travail le signe distinctif de la responsabilité d’une transmission d’un héritage résultant de la folie des hommes. »

Après des études en peinture et arts appliqués, des voyages, prix et distinctions, expositions personnelles et collectives, ces dix dernières années il vit et travaille à New York et partage son temps entre l’Amérique, la France et l’Allemagne. Ses œuvres apparaissent dans les musées et galeries un peu partout dans le monde.

(Français traduit par Lydia Kamitsis)

 

May 23, 2017

Article in « Amorgos news »:

direct link: http://www.amorgos-news.gr/ο-gregory-forstner-το-παιδί-που-είχε-υποδυθεί-τον-νεα/

Capture d’écran 2017-08-30 à 19.29.27

Capture d’écran 2017-08-30 à 19.21.38

 

Capture d’écran 2017-08-30 à 19.21.58

 

Capture d’écran 2017-08-30 à 19.22.31

 

Capture d’écran 2017-08-30 à 19.22.48

 

Le Monde – Article – Monographie- Signature@DILECTA, Paris

18812765_1072728862858980_5036908327854931968_n

Article par Thierry Savetier paru dans Le Monde/web (26 Juillet 2017)

L’Univers singulier de Gregory Forstner
Le peintre Gregory Forstner (né en 1975) se définit ainsi : « je suis Autrichien, Français, Espagnol et né au Cameroun de grands-parents nazis d’un côté, et de l’autre, d’un grand-père qui a participé à la Résistance. » On ne sort pas indemne d’une telle ascendance (qui, par sa mère, remonte à Xavier de Maistre). Devrait-on pour autant y trouver une explication à son art singulier, qui serait la traduction d’une culpabilité ou une manière d’exorcisme ? Ce serait très simpliste, car sa peinture se nourrit trop d’une profonde connaissance de l’histoire de l’art pour se limiter à cette tentative de définition.

Un livre vient de lui être consacré : Gregory Forstner (Editions Dilecta, 224 pages, 35 €). En plus d’une introduction de Gilles Fuchs, d’un bel essai d’Henry-Claude Cousseau et d’un entretien avec Caroline Hancok, cet ouvrage propose une iconographie qui, loin de se contenter d’être riche et représentative de l’œuvre, offre des reproductions d’une rare fidélité aux originaux. L’exigence du galeriste parisien du peintre, Mathias Coullaud – esthète s’il en est – n’y est pas étrangère.

L’univers de l’artiste, qui se forma à Vienne, Nice et aux Beaux-Arts de Paris, reflète ses goûts picturaux. Il aime Kokoschka, Schiele, Klimt, Bellmer. L’examen de ses toiles et de ses gravures révèle d’autres filiations encore. Ses personnages dont les têtes sont figurées par des crânes (Thanksgiving or the Last Supper, par exemple), rappellent James Ensor, tout comme The Party. Le zoomorphisme très présent, qui attribue aux hommes des faciès de chiens ou de porcs, suggère les êtres hybrides qui peuplent les panneaux de Jérôme Bosch. Ce caractère hybride semble introduire un questionnement tel qu’il se posait à la Renaissance : est-ce un humain, est-ce un animal avec, sous-jacente, la présence ou non d’une âme chez l’individu ainsi représenté. Ailleurs, on pense à Goya dans sa dimension fantastique et parfois grotesque, ailleurs encore à Courbet : le Festin de Bacchus reprend la même composition que les Baigneuses (1858, musée d’Orsay, Fernier 229) qui – l’artiste le sait-il ? sans doute – appartint jadis au ministre des Affaires étrangères du Reich Joachim Von Ribbentrop.

Des toiles qui mettent en scène des soldats aux visages de canidés, portant manifestement un uniforme nazi, renvoient à Otto Dix, avec lequel Forstner peut à bon droit rivaliser dans une série de pointes sèches d’une puissance époustouflante.

L’artiste se défend d’être expressionniste ; cependant, la plupart de son travail renvoie à ce mouvement. La palette vive et acidulée, le trait virtuose et spontané, la bouffonnerie des représentations ne laissent guère de doute. Pourtant, au tragique festif de l’expressionnisme allemand qui annonçait l’ouragan qui allait dévaster l’Europe, répond chez Gregory Forstner une impertinence, un humour grinçant post-guerre qui sonne, selon le mot de Chris Marker, comme la politesse du désespoir, non dénuée d’un regard critique posé sur l’histoire de l’art et ses œuvres de référence. Le nihilisme n’est jamais loin.

Devant ces toiles crues et drues, dont la violence apparente semble renforcée par de fréquents grands formats (pensons à « Blondie and the Sons of Bitches »), les bien-pensants se récrieront peut-être. Le peintre leur présente un miroir embarrassant pour leurs plaies béantes. Mais un artiste n’a pas pour vocation de rassurer. Pour reprendre le mot de Picasso, [la peinture] « est un instrument de guerre offensive et défensive contre l’ennemi. » Et, de ce point de vue, Gregory Forstner est présent sur tous les fronts.

Gregory Forstner, Signature DILECTA Monographie

Gregory Forstner, Signature DILECTA Monographie

 

18889052_1548070865267586_5425308860451651584_n

 

L’Univers singulier de Gregory Forstner

 

Librairie-Musée Beaubourg, Paris – Among friends!

Gregory Forstner / librairie beaubourg, Paris

Gregory Forstner / librairie Beaubourg, Paris

Thanks to All – éditions DILECTA, Paris, June 8, 2017

Gregory Forstner:Dilecta

Gregory Forstner @ éditions Dilecta, Paris

Gregory Forstner:Dilecta2Gregory Forstner @ éditions Dilecta, Paris

PUBLICATION – MONOGRAPH – ÉDITIONS DILECTA

Éditions Dilecta,

is pleased to invite you to the book signing of:

GREGORY FORSTNER

Thursday 8 June 2017
6:30 – 9pm

49 rue Notre-Dame de Nazareth
75003 Paris – France
Tél. : + 33 (0)1 43 40 28 10
contact@editions-dilecta.com
www.editions-dilecta.com

*

This 224 pages hard cover book includes an introduction by Gilles Fuchs, an essay by Henry-Claude Cousseau and a conversation between Caroline Hancock and Gregory Forstner.
On the occasion of the book presentation, Edition Dilecta will present a selection of original works by Gregory Forstner.

*

« In Forstner’s work, there is an obvious autobiographical dimension he invites us to explore. It could well be that painting was basically for him the best means of casting a spell on the novelistic tendency of his life, from considering it not as one more adventure, but as an opportune occasion to explain it, to comment on its singularity in his own way. »
Excerpt,  text by Henry-Claude Cousseau

« Your subjects take the form of fables, parodies, parables, and personal
myths; implicitly, we sense the presence of Jean de La Fontaine, William Hogarth,
Art Spiegelman and J.rg Immendorff. Ever-present and based on archetypes and
stereotypes, popular culture is combined with “great painting” and history in such
a way that you manage to turn it into a personal matter. It is impossible not to make
the connection with the contemporaneity of the social, political and cultural realities
of our societies.»
Excerpt, introduction by Gilles Fuchs

« Spiegelman thus gives rise to a guilty empathy in the reader. In my work, this empathy was crystallised around the dog. The advantage of the dog-mask isthat it offers an infinite range of races, faces, and hence possibilities for identification and, as Spiegelman put it, for “cornering the spectator with their own corrupted and defective humanity” »
Excerpt, conversation between Gregory Forstner and Caroline Hancock

*

Cover/Back cover Gregory Forstner

Les Éditions Dilecta,

la galerie Mathias Coullaud, la galerie Zink et Christophe Langlitz Art ont le plaisir de vous convier à une rencontre-dédicace avec

GREGORY FORSTNER

pour la publication de sa monographie.

jeudi 8 juin 2017

18h30 – 21h

*

À travers 224 pages présentant des documents inédits, un texte introducteur de Gilles Fuchs, un essai d’Henry-Claude Cousseau et un entretien entre Caroline Hancock et Gregory Forstner, cette monographie parcourt plus de quinze années de travail de l’artiste entre la France, l’Allemagne et les États-Unis.

*

« Il y a dans le travail de Forstner une dimension autobiographique évidente et sur laquelle il nous invite d’ailleurs à nous pencher. Et il se peut bien que la peinture ait été finalement pour lui le meilleur moyen de faire un sort à la tournure romanesque de sa vie, de la considérer non comme une aventure de plus mais comme une occasion opportune d’en expliciter, d’en commenter pour lui-même, la singularité. »
Extrait du texte d’Henry-Claude Cousseau

« Vos sujets sont abordés sous forme de fables, de parodies, de paraboles, de mythes personnels ; en filigrane, se dressent Jean de La Fontaine, William Hogarth, Art Spiegelman, Jörg Immendorff. Toujours présente à partir d’archétypes et de stéréotypes,
la culture populaire se mêle de telle façon à la  » grande peinture  » et à l’histoire que vous parvenez à en faire une question intime. Impossible de ne pas faire le lien avec la contemporanéité des réalités sociales, politiques et culturelles de nos sociétés. »
Extrait du texte de Gilles Fuchs

« Spiegelman induit ainsi une empathie coupable du lecteur. Dans mon travail, cette empathie s’est cristallisée sur le chien. L’avantage du masque-chien, c’est qu’il offre une panoplie infinie de races, de gueules, et donc de possibilités d’identification et, comme le dit si justement Spiegelman, de coincer le spectateur avec sa propre humanité corrompue et défectueuse. »
Extrait de l’entretien entre Gregory Forstner et Caroline Hancock

//

Gregory Forstner/Monograph-Dilecta

Gregory Forstner/Monograph-Dilecta

Gregory Forstner/Monograph-Dilecta

Gregory Forstner/Monograph-Dilecta

Gregory Forstner/Monograph-Dilecta

Gregory Forstner/Monograph-Dilecta

Gregory Forstner/Monograph-Dilecta

Gregory Forstner/Monograph-Dilecta

GREGORY FORSTNER/MONOGRAPH

GREGORY FORSTNER/MONOGRAPH

Gregory Forstner - Monograph - éditions DILECTA

Gregory Forstner – Monograph – éditions DILECTA

GREGORY FORSTNER/MONOGRAPH

GREGORY FORSTNER/MONOGRAPH

« IN ART WE TRUST » with Lauwrence Weiner, Liam Gillick, Valerie Jouve, Gregory Forstner, Julie Mehretu, John Armleder, Laurent Grasso, Mathieu Mercier, Olivier Masmonteil, among others (full cast on announcement)

In Art We Trust

In the studio with photographer Olga Povarchuk

 

g-forstnerg-forstner

Courtesy Olga Povarchuk

 

A few drawings – 2016 – Pastorale

All: 2016, 60,9×45,7 cm / 98 grams, Charcoal on paper – Courtesy Galerie Zink and the artist.

courtesy Gregory Forstner/Galerie Zink

courtesy Gregory Forstner/Galerie Zink courtesy Gregory Forstner/Galerie Zink courtesy Gregory Forstner/Galerie Zink courtesy Gregory Forstner/Galerie Zink courtesy Gregory Forstner/Galerie Zink courtesy Gregory Forstner/Galerie Zink

Opening « Pastorale », Filsers Mainburg, Germany

opening-mainburg-filsers

opening-mainburg-filsers

gregory-forstner-and-michael-zink

gregory-forstner-and-michael-zink

opening-mainburg-filsers

opening-mainburg-filsers

img_6849

gregory-forstner-and-michael-zink

Michael Zink and Gregory Forstner

img_1066 img_7242

 

Publication: « L’Infini » chez Littérature mineure

 

« Tu es nue, propre, la marque du maillot chopée au bord de l’océan est discrètement visible, comme la marque du temps. Le lieu ressemble à un hôtel particulier : un parquet somptueux, des boiseries jusqu’au plafond, une moquette rouge épaisse dans les couloirs. Sur le lit, les draps sont lisses, immaculés, sans histoires. On se regarde, je t’embrasse. À l’origine du monde, tu es trempée. Tu demandes la salle d’eau. Le lieu m’est familier comme ta nuque. »

(Extrait)

Gregory Forstner- Littérature mineure

Gregory Forstner- Littérature mineure

img_1321 img_1323

Littérature mineure website/order on : http://litteraturemineure.bigcartel.com/product/l-i-n-f-i-n-i